Un recueil qui montre ce qui change chez nous après le décès de nos parents : prenez le temps de le lire!

Le décès d’un parent est un choc émotionnel très difficile à surmonter. Il n’y a pas d’âge plus favorable qu’un autre pour mieux gérer cette absence irrémédiable de ses parents. Ils représentent le noyau dur de la famille, c’est aussi grâce à eux que nous sommes ce que nous sommes aujourd’hui. Leur éducation, leur amour, leur protection, leur confidence ont forgé un amour inconditionnel entre nous. Lorsque nos parents disparaissent, un sentiment de solitude et de profonde douleur nous envahit et c’est une sensation très éprouvante.

1. La suite de l’article à la page suivante!!!

2. Il existe un fossé important entre le fait d’évoquer la mort de nos parents et vivre leur absence au quotidien

Quelque soit la cause du décès, aucun enfant n’est réellement préparé à vivre et à surmonter la perte d’un parent. Souvent pris dans une spirale de déni où le subconscient refuse d’accepter leur disparition, le deuil est une réelle souffrance et un long cheminement personnel. Même si les parents disparus souffraient de longues maladies irréversibles, rien ne peut venir atténuer la tristesse que l’on ressent.

La phase de deuil est un processus difficile mais nécessaire, synonyme de résilience, une fois accompli. Il est plus long lorsque les deux parents décèdent dans un intervalle de temps très court rendant la souffrance encore plus grande et la guérison plus lente.

“Il fait du bruit ton silence, elle prend de la place ton absence”.

C’est une multitudes d’odeurs, d’habitudes, de baisers, de caresses, de rires qui disparaissent mais les souvenirs restent gravés en vous à tout jamais!

3. Ne pas se laisser envahir de sentiments négatifs

 

Le jour où vous perdez votre parent, votre vie prend une toute autre tournure et un autre sens. Cela ouvre davantage les yeux sur la vulnérabilité et la fragilité de la vie. On développe souvent une sensibilité plus accrue où à l’inverse, pour certains, on se forge une carapace de déni pour essayer de moins souffrir face à cette épreuve. Chacun réagit différemment face à de telles situations. Cela dépend bien souvent de votre tempérament, de votre sensibilité, de votre relation avec votre parent décédé, etc.

Mais, dans la plupart des cas, lorsque l’on est confronté à voir notre parent dans son cercueil, on est souvent submergé par plusieurs émotions. Des souvenirs de son vivant refont surface, on se rappelle de certaines de ses réactions ou de ses opinion dans le temps incomprises. Mais, la disparition vient créé un sentiment d’indulgence.

On a souvent aussi des regrets et parfois même de la culpabilité. Il est important de ne pas se laisser envahir par ses ressentis qui viennent qu’agrandir notre peine. Le deuil est une phase de résilience mais aussi une phase de pardon. Il est important de se quitter dans la paix d’esprit. Alors pardonnez-la (le) et pardonnez-vous!

4. Carpe diem et profitez de vos parents tous les jours!

Personne n’est immortel alors aimons nous, profitons des êtres chers autant que possible pour ne rien regretter. Restez authentique!

-Announces-